Archive for janvier, 2009

POulain et vaches

jeudi, janvier 29th, 2009

Quelques news en vrac et leurs photos:

D’abord Amrita à mis bas le premier poulain de l’année, c’est un male, la mere et l’enfant se portent bien, merci.

il faut lui trouver un nom qui commence par V à vos coms et que le meilleur gagne

Souhaitons lui tout de meme bonne chance dans cette nouvelle incarnation qui commence pour lui

dsc00372.jpg

Plus innatendu, à Montaut des vaches en goguette ont trouvé refuge dans la carriere!

J’en suis resté perplexe, aurai-je du prendre ma chambriere et les mettre en reprise? Un travail ethologique eut t’il été plus approprié? A moins qu’il n’eu été preferable de les enrenner?

Bref j’en etais là de mes reflexions lorsque leur légitime proprietaire vint  chercher ces jolies blondes. Dommage, je me sentais à la veille d’une nouvelle vocation..

photo-0234.jpg

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil

LES POULAINS SUITE

lundi, janvier 12th, 2009

Les poulains grandissent, ce sont des ados désormais.

En père attentionné Jean –Louis a  brisé en eux toute velléité de révolte juvénile.

Hé oui chez Birou pas de drogue ni de chevelure gothique, non mais !

On passe aux choses sérieuses : le débourrage proprement dit.

On commence en balade, comme ca ils s’habituent à s’équilibrer avec un cavalier en terrain varié, sans leur  rajouter d’emblée des problèmes de direction, chaque chose en son temps.

Fonctionnant par imitation ils se trouvent environnés de ces étranges centaures, cela leur parait normal et ils suivent le mouvement.

Bien sur, quelques vives réactions individuelles sont toujours possibles, mais globalement elles restent rares.

Le plus important est que le cavalier soit calme et confiant (quoique vigilant)

Une fois cette étape passée, ils vont bientôt repartir vers les estives enneigées pour grandir  et se fortifier.

Les chevaux sont parfaitement adaptés à la neige et au froid. Le seul facteur limitant est la possible absence d’eau, lorsqu’elle géle.

Leurs ressources en milieu supposé hostile sont surprenantes. L’herbe est enfouie sous la neige ? Pas grave on mange la bruyère, les feuilles de ronces, et même le genévrier.

La neige fait ployer les arbres ? Parfait cela abaisse les branches et permet de s’empiffrer de feuilles, de branches tendres et de bourgeons.

Lorsque le soleil brille, on s’affale au soleil (pas tous en même temps,  il y en a toujours un qui monte la garde) et on fait de la luge sur le dos ! (si, si)

            S’il fait mauvais on s’enfoui dans des buis séculaires, tellement drus qu’ils font de véritables granges naturelles, ou ni le vent ni l’eau ne pénètrent.

 Ainsi va la vie, là haut l’hiver. Et a les voir, ils ont l’air plus épanoui que dans un box douillet..

 

abcd0012.JPG

 

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil

Un galop dans la nuit

lundi, janvier 5th, 2009

Le 30 décembre s’est déroulée notre rituelle « balade de nuit » :

Nous partîmes 21 (enfin 42 avec les chevaux) mais par un prompt renfort de nos cordes vocales nous nous sentîmes bientôt 2100 à hurler dans des bois de plus en plus sombres !

            A l’arrière le team-des-filles-du-grand-galop-du-dimanche-matin  (Ou ce qu’il en reste..)  La zicmu à donf sur le portable. Passant en revue toutes les chansons paillardes qu’on peut connaître à 12 ans. Y compris, et surtout, la fameuse chanson des « wriggles », de poupinette la belette et son  fameux refrain sur Thierry le chasseur :

« Il est con-

Centré sur son fusil …»

            Au milieu le team EADS et ex air liquide (beaucoup plus âgé) fit vibrer la forêt avec de puissantes voix de baryton.

Mais tout ca, c’était juste pour faire les malins avant de passer aux choses sérieuses : 

La Tourette .

Eh bé, une forêt de pin au nord la nuit je vous garantis un truc : C’EST NOIR, même que Johny dirait qu’il n’y a plus d’espoir. Haaaa que coucou !! (Blague que les moins de 15 ans ne peuvent pas connaître…)

Et quand je dis noir, C’EST NOIR, c’est-à-dire que votre humble serviteur en tête de cette longue fourmi de 18M ne voyais même pas où son très fameux ALDO (déjà âgé de 22 printemps) posait les pieds !

Confiante en mon fidele destrier, je lançais finalement un galop aveugle en croisant les doigts (pourvu qu’il n’y ait ni un tronc, ni un fil sur le chemin)

Galoper en tête dans le noir absolu  houa le kiffe !!

Une grande nouveauté technologique durant cette balade.  En tête donc,  je recevais régulièrement de l’arrière garde, des texto !! Pour me demander,  qui un galop, qui une chanson, qui une halte. Hé oui il faut vivre avec son temps. Pauvre Roland (à Ronceveaux) s’il avait su..

            Au retour un certain nombre de litres de jurançon et de champagne ont bien sur été nécessaires pour nous remettre de nos émotions. Pour les photos y’en a pas.

 Mais il vous suffit d’imaginer le fameux tableau  « Carré blanc sur fond blanc *» en négatif pour vous faire une idée.

*Et voici la minute culturelle :

Le Carré blanc sur fond blanc est une huile sur toile peinte par Kasimir Malevitch en 1918. Appartenant au mouvement du suprématisme, elle consiste en un carré de couleur blanche, peint sur un fond d’un blanc légèrement différent.  

Cette œuvre est le premier monochrome et son exemple le plus célèbre. Ouverture sur l’infini, quête spirituelle pour certains, degré zéro de la peinture pour d’autres, le monochrome est un aboutissement radical de l’épuration, une interrogation sur l’art et sa pratique.Malevitch a utilisé deux blancs d’origines différentes : marque française pour le carré, et russe pour le fond. Cela lui a permis d’obtenir des « textures » différentes.Elle est actuellement exposée au Museum of Modern Art (MoMA) à New York[1]. 

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil