Archive for septembre, 2009

OPPIDUM D’ASSON ET TOURISME EQUESTRE

lundi, septembre 28th, 2009

 rando-little-09-026.jpg

En cette agréable arriere sainson aux agréables relents d’été indien une partie des chevaux est basée au chateau de Coarraze. Cela nous permet d’elargir le perimetre de nos promenades, en attendant que les champignons poussent à nouveau dans la forêt de Mourle.abcd0002.JPG

En particulier, en plus du bois de Sargaillouse cette base nous permet d’atteindre aisément L’oppidum d’Asson ou le chateau de l’Angladure à Nay.

Ces deux lieux sont riches d’histoire:

 

 L’OPPIDUM:

Dès la préhistoire (120.000 à 50.000 ans av. J.C.), nos ancêtres ont trouvé là un refuge ou un terrain de chasse. En tout cas, de nombreuses découvertes attestent une présence humaine.
Plus tard, à l’époque Gallo-Romaine, il est peut-être occupé par quelque légion de César qui creuse les deux fossés qui ceinturent le plateau sommital.

De toute façon, le rôle défensif du site ne fait aucun doute, d’autant plus qu’au Moyen-âge s’élevait à cet endroit un château.

Il y a encore quelques années, les vestiges d’une porte fortifiée l’attestaient, ainsi qu’un testament laissé en 1286 par Gaston VII Vicomte de Béarn. Le Castet d’Asson fut détruit en 1399 par Archambauld de Grailly pour satisfaire aux exigences du Roi de France.

Nous retrouvons les traces d’une occupation à partir de 1674 et la fondation par “Frère Damien“ alias Isaac de Vergez, d’un ermitage qui sera abandonné en 1732 après qu’un des ermites, François Toussaints, fut accusé de sacrilèges et privé de ses privilèges ecclésiastiques.

 
AGRANDIR LA PHOTO
l’oppidum vers 1920
 

AGRANDIR LA PHOTO
voir la croix


Plus récemment, en 1942, ce sont les troupes d’occupation qui investissent l’oppidum et le transforment en un point de défense antiaérienne.

L’oppidum a aussi été utilisé par les Assonnais pour sa pierre de grès facile à travailler, l’extraction de meules à aiguiser, mais aussi pour la fougère qui tapisse ses pentes. Aujourd’hui, l’oppidum est fréquenté par des promeneurs en quête de tranquillité qui peuvent de là haut apprécier le panorama et laisser aller leur imaginatio

On peut ajouter qu’aujourd’hui, y faire halte à cheval permet de decouvrir un magnifique panorama à 360°, avec d’un coté les montagnes pyrenéenes, et de l’autre la plaine de Nay

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil

CAMILLE.B

dimanche, septembre 27th, 2009

img_4304.JPG

Depuis l’âge de 6 ans, elle en a 17 au compteur aujourd’hui, Camille fréquente avec une assiduité sans faille la ferme Couhet.

Cette relation connu des hauts, des bas, des presque ruptures, mais, tel le chien fidèle (ou le moustique la nuit, ca dépend du point de vue..) Camille revint toujours au bercail.

Notez donc, garçons de tous pays, qu’il

est un domaine ou Camille est fidele : LE CHEVAL !!img_4306.JPG

   Ce fut d’abord une jolie enfantelette, les cheveux  au carré, le teint frais comme un champignon des sous bois (une amanite bien sur) passionnée de grandes promenades dans les bois avec son fidèle galopin

Et même lorsque galopin la catapulta et lui brisa le bras, il ne réussit point à briser son amour des chevaux !

            Camille fut de toutes les aventures, de toutes les randonnées, TREC, endurances et autres CSO ou EQUIFUN.

 

Elle devint une préado longiligne  et sportive, au sourire espiègle.

Un peu lasse des promenades elle intégra la fameuse dream- team du dimanche matin, et vécu d’autres aventures. Elle fut du club de l’équipe « des filles du grand galop » elle  souffrit dans le froid, la boue glaciale de l’hiver, sur des chevaux rechigneurs, sous les ordres d’une monitrice hystérique (mais ô combien compétente …) toujours prête à se mettre à l’ouvrage, voire à casser des chandeliers avec son dos.

 

            Le temps passa, certains se tournèrent vers les futilités de la compétition, mais pas Camille !

Las, abandonnant les mannes de l’enfance, elle devint bientôt une adolescente obèse, une gorgone assoiffée de sexe de drogue et de rock and roll ! Dévorant les garçons, telle une mante religieuse sous acide !

NAAAAN, je déconne, en fait Camille est restée une douce créature innocente au cœur pur et aux grands yeux très doux, uniquement préoccupée par la réussite de ses études… (Si vous ne savez pas laquelle de ces proposition est exacte, faites appel à un ami, demandez l’avis du public, ou bien prenez le 50/50)

Mais quoiqu’il en soit cette année pourrait être sa dernière à la ferme Couhet :

Elle doit réussir brillamment son baccalauréat.

À ce propos, ses parents sacrifient de puis des années, un coq noir à 4 ergots, les soirs de pleine lune, répandant son sang aux 4 points cardinaux, afin de dissuader les mauvais esprits de roder autour de la chair de leur chair.

 En fait, personne n’ose leur dire que les mauvais esprits en question, ce sont juste des garçons…

Si elle obtient son baccalauréat, disais-je, elle devra s’expatrier pour continuer à faire la fête, heu, je veux dire pour poursuivre ses brillantes études. Ca en sera alors fait de sa longue communion avec la ferme Couhet. Le supportera t’elle ? Gageons que Camille fera tous ses efforts pour redoubler et rester à nos coté une année de plus. (Vont prendre cher les poulets sur ce coup là…)

Sinon, tant pis, elle continuera sa route et je resterai, seule, en haut de la Coline, dans la bise glaciale, à avancer inlassablement sur mon chemin de croix. Bouh, j’arrête, je vais me faire pleurer moi-même…

img_4100.JPG

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil

TEAM CHASING

mardi, septembre 15th, 2009

IMG_2444-20090329-0915

Nous avons reçu à la ferme Couhet des voyageurs un peu particuliers.

Simon et Zara sont arrivés un beau matin avec leur impressionnant camion-camping car 4 chevaux, sur les 7 places disponibles, et 6 chats abyssins

IMG_5798-20070401-1313photos-0029.jpg

 

 

Ils arrivaient de l’ile de man,  située entre l’Irlande et la grande Bretagne

            Tous les jours nous les voyions partir sur les chemins avec leurs grands et vigoureux thoroughbred, autrement dit purs sang anglais, carénés comme des voitures de sports,  vrais machines de guerre. Réformés  des courses, photos-0025.jpg

            Chose un peu bizarre les deux cavaliers emmenaient toujours avec eux les 4 chevaux,

photos-0031.jpg

            Intriguée, je leur posais la question pourquoi toujours emmener les 4 ?

En fait Simon et Zarah pratiquent avec brio un sport équestre inconnu en France : le TEAM CHASING.

photos-0030.jpg

Kesako ?

Cela ressemble à un croisement entre du point au point, du steeple chase et du cross country

Cela se pratique par équipes de 4 cavaliers qui partent ensemble sur un parcours d’environs 4 KM comprenant entre 25 et 30 effort de saut  sur des obstacles naturels :

          Barrières, grosses haies, gués etc..

 

L’équipe la plus rapide gagne, peut importe le style ou les chutes, il suffit que trois cavaliers sur 4 franchissent la ligne d’arrivée !

C’est très spectaculaire à regarder. C’est tout à fond ! Ca  à l’air un peu dingue mais très excitant.

 

Il y a un site dédié à ce sport : http://www.teamchasing.co.uk

Simon et Zara sont apparemment des champions de ce sport, et ont une compétition sous peu.

C’est donc pour garder les chevaux en conditions qu’ils les emmenaient tous les jours !

 

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil

 

 

RENTREE ET EQUITATION ESCLAVAGE

mardi, septembre 8th, 2009

A la ferme Couhet on peu parfois entendre dans la bouche des enfants ce genre de phrase, un peu bizarre pour le commun des mortels

« Sabrina, quand pourrai-je être esclave ? »

« Merci beaucoup Sabrina d’avoir pu être ton esclave ! »

Ou Sabrina de répondre, « désolé je n’ai plus de place d’esclave pour cette semaine, vois pour la semaine prochaine »

En fait rien d’étrange ni de choquant là dedans, nous avons juste rétabli l’esclavage infantile !

Oui, dans tous les clubs des petites filles (et quelques garçons..) rêvent de pouvoir aider la monitrice, et donc de pouvoir faire un peu de cheval en échange.

 Mais Comment faire ? Cela pourrait être assimilé à du travail déguisé, en plus avec des mineurs qui ne sont pas en âge de travailler.

 Donc, pour égarer la répression des fraudes, j’ai  nommé « esclavage » le procédé. Ainsi personne n’est pris en traitre, et il est important de réhabiliter les vieilles valeurs morales saines et viriles comme celles de l’esclavage !

D’ailleurs faut pas croire, les parents adorent savoir leur enfant esclave :

-Ils savent que le jeune est entre les mains d’une excellente esclavagiste : c’est-à-dire moi même !

-Ils sont surs que leur enfant ne traine pas drogué dans les rues.

-Lorsqu’il rentre bien fatigué il va se coucher sans regarder la télé.

-Il range ses affaires sans qu’on lui dise

Lorsque le parent vient chercher sa progéniture, et le voit pousser avec ardeur le balais plein de crottins, il en  conçoit parfois certaines idées particulières pour résoudre les problèmes de discipline :

(phrase vécue.)

« MAIS JE SAIS : JE VAIS METTRE DE LA PAILLE DANS SA CHAMBRE !!! »

Bien, je pense que j’arrive bientôt au bout de cette rapide ode à l’esclavage.

 De toutes façons il va falloir conclure, car je vois par la fenêtre un fourgon bleu avec des agents des forces de l’ordre, une camionnette de la répression des fraudes, et peut être bien  une camisole aussi…

 

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil