Archive for octobre, 2009

COARRAZE, son chateau, ses chevaux!

vendredi, octobre 16th, 2009

 Le depart de certaines promenades se fait actuellement des paturages que nous avons en location au chateau de Coarraze. Un lieu riche en histoire(s):

 D’or à deux brebis de sinople clarinées d’argent, passant l’une sur l’autreDans son livre sur Henri IV, François Bayrou parle ainsi du château de Coarraze : « Henri de Navarre a grandi au château de Coarraze à quelque deux kilomètres à vol d’oiseau de ma maison natale […]. J’ai beaucoup rêvé sur la devise qui orne encore aujourd’hui le portail du château : lo que ha de ser no puede faltar, ‘ce qui doit arriver ne peut pas manquer’. »
Coarraze est un petit village, situé au pied des Pyrénées au coeur de la plaine de Nay et à 19 km de la préfecture de Pau.
La population de la commune comptait environ 2175 habitants lors du recensement de 1990. Sa superficie est de 14,84 km2.
 
En latin, Coarraze se découpe en deux syllabes “Cauda” qui signifie queue et “rasa” coupée d’où l’emblème du village représentant deux brebis à la queue rasée. Mais très probablement, l’origine du nom Coarraze viendrait d’une racine pré indo-européenne (kow) signifiant petite hauteur et du gascon anasa: rasé, ce qui correspond bien au site. Dans le village on trouve divers monuments : l’église, des anciens lavoirs, un tumulus et bien sûr le château où Henri IV a passé son enfance. L’église date du XVIème siècle. 
Elle est remarquable par son clocher porche de style mi-roman mi-gothique et sur la façade Ouest sa porte, vestige du gothique flamboyant. 
Bien que se rencontrent dans l’église des styles d’époques différentes, l’ensemble donne une impression d’harmonie et de sobriété.
   image_121_.jpg 

Le château de Coarraze a été établi sur un promontoire dominant le Gave de Pau : cet ancien château fort qui date du XIII ou XIVème siècle protégeait les invasions venues de Bigorre. Occupé par le Baron Gaston de foix de 1496 à 1506, il fût incendié pour la première fois volontairement par Jean et Catherine d’Albret car l’attitude du Baron de Coarraze n’était pas appréciée par les souverains du Béarn.
Il fut incendié pour la deuxième fois en 1684 à la suite d’un violent orage. De cette époque, il ne reste que le donjon pentagonal de l’ancien château médiéval. C’est au XVlllème siècle qu’a été reconstruit près du donjon, le château actuel.  
 

nay-122.jpgcanal

rochelais-005.jpg

Son histoire est vaste et riche depuis l’époque de Gaston Phoebus: Depuis les anciennes ecuries qui ont comptées jusqu’à 100 chevaux en passant par des chenils qui au moyen age accueillaient pas moins de 800 chiens ! Dont ceux, certainement, qui firent la chasse au fantome ORTON qui s’était incarné sous la forme d’une vielle truie.Durant la deuxieme guerre mondiale des prisonniers russes percerent un tunnel sous le château qui paermit au canal du lagoin de s’ecouler.De la grotte au loup, partait aussi un souterrain qui rejoingnait la maison carré de Nay. Et bien d’autres histoires que vous comptera peut etre le comte de Coarraze, monsieur Louis de Dufau 

 man1.jpg maison carrée

A Coarraze, il nous reste un indice de l’âge de bronze (700 à 600 ans avant J.C.). Les Celtes qui venaient du Sud-Ouest de l’Allemagne auraient construit à Coarraze un monument de grande dimension que l’on appelle tumulus.
Que fait-il là ? On ne sait pas, mais en tout cas c’est une preuve du premier travail de l’homme dans notre village. Sur la plaque, on peut lire : « Tombeau du IIe millénaire avant JC, ce monument constitue un témoignage de sépulture mégalithique conservée dans sa structure originelle. il représente la plus ancienne expression architecturale de la population agro-pastorale de notre région. propriété de G Laplace »
 

http://www.lafermecouhet.com/?page=accueil